Rencontre entre Libercourtoises et Lilloises – avril 2016

Dans le cadre du partenariat de Ch’faid avec le FCP de La Madeleine, le groupe de femmes de Ch’faid a pu rencontrer un groupe de femmes du quartier de Lille Sud pour échanger sur leurs différents projets.

Une dizaine de lilloises se sont d’abord rendues à Libercourt pour rencontrer le groupe de femmes durant un atelier cuisine. Elles ont alors échangé sur leurs pratiques et ont partagé un moment convivial autour d’un goûter. Les femmes de Ch’faid ont exposé les différentes activités qu’elles mènent : ateliers cuisine, séances de marche, ainsi que, pour certaines d’entre elles, la vente de prestations à des particuliers et à des collectivités pour s’autofinancer un voyage.

Deux semaines après cette première rencontre, une quinzaine de Libercourtoises se sont à leur tour déplacées à Lille pour rencontrer les Lilloises. Ces dernières, accompagnées par la Compagnie de l’Imaginaire sur plusieurs projets, leur ont présenté leurs travaux. Elles ont notamment pu visionner la pièce de théâtre jouée par le groupe de femmes et présenté leur  ouvrage Carnet de voyage de Madame Mygalote.

Ces rencontres ont été très enrichissantes et ont permis aux deux groupes de femmes d’apprendre les unes des autres et d’enrichir leurs projets mutuels.

Rencontre avec les jeunes de la PJJ – mercredi 13 avril 2016

Dans le cadre de notre partenariat avec le Centre Éducatif d’Hébergement Collectif de Liévin, une quinzaine de jeunes placés sous la Protection Judiciaire de la Jeunesse du Nord-Pas-de-Calais s’est rendue à Ch’faid mercredi 13 avril 2016 pour une rencontre avec les membres de l’association. Cette rencontre a eu lieu dans le cadre d’un projet que les différentes structures mènent avec Culture Commune et un photographe professionnel. Après avoir présenté l’association Ch’faid, ses activités et les différents projets qu’elle mène, nous avons pu faire découvrir aux jeunes la ville de Libercourt et ses différents cadres bâtis hérités de l’exploitation des mines. Les jeunes ont pris en photos des moments significatifs de la visite ainsi que des objets réalisés par l’association liés à la transmission de la mémoire minière et immigrée, tels que l’exposition de casques de mineurs en céramique par exemple. Ces photos seront imprimées et accompagnées d’explications, pour ensuite être éditées dans une revue réalisée par les jeunes.

« Lettre à nos mines » – projet spectacle mars et avril 2016

Lettre à nos mines

Cliquer sur l’image pour voir l’album photos de l’évènement

Après une première étape d’introduction et de recherches historiques en février, la deuxième étape de création du spectacle artistique intitulé « Lettre à nos mines » s’est terminée la semaine dernière.

Plusieurs séances de travail ont permis à la dizaine de jeunes libercourtois participant au projet d’aller questionner leur famille sur leur histoire, d’aller recueillir cette mémoire qui est la leur et qui a servi de base pour écrire la trame du spectacle. Une rencontre avec le sociologue Jessy Cormont de PHARE pour l’Égalité a conduit à de riches échanges et a permis aux jeunes de questionner le chercheur sur l’histoire des mines et des immigrations, histoire dont ils sont les héritiers.

En partant de ce recueil de mémoire, les jeunes ont ensuite travaillé toute la semaine avec des intervenants professionnels pour monter le spectacle : Malik Berki (musique), Afid Zekhnini (danse), Nawel Ben Kraïem (chant) et MC Metis (rap).

Les jeunes ont été accueillis toute la semaine dans les locaux du Métaphone que nous remercions particulièrement, et ont pu bénéficier d’une visite guidée du site. Cette résidence sur l’ancienne fosse 9-9 bis est d’autant plus importante pour les jeunes que leurs grands-pères sont descendus dans cette fosse aujourd’hui reconverti en structure culturelle.

Pari gagné pour cette nouvelle étape de création, qui a permis à ces jeunes non seulement de raconter leur histoire familiale et de la raccorder à la grande histoire des mines et des immigrations, mais également de faire de ces jeunes des vecteurs de transmission de cette histoire qui reste encore à écrire. Ce spectacle est l’écriture de cette histoire par les jeunes.

Le projet spectacle n’est pas terminé et plusieurs représentations seront prévues. Nous communiquerons les dates au plus vite !

Bravo aux jeunes !

 

 

Les jeunes du bassin minier écrivent leur histoire

Entre dix et quinze jeunes de Libercourt et plus largement du bassin minier ont participé à la semaine de création artistique du spectacle « héritiers des mines et des immigrations ».

P1000557

Cliquer sur l’image pour voir l’album photos de l’évènement

Deuxième temps de création du spectacle pour les jeunes libercourtois. Après un premier week-end de présentation du projet les 6 et 7 février derniers, cette semaine a permis d’entamer véritablement la création artistique. Toute la semaine, les jeunes participants de 10 à 20 ans ont ainsi commencé l’écriture du scénario du spectacle. Plusieurs groupes se sont formés et tous ont pu travailler à une véritable co-construction du spectacle : recherches bibliographiques et filmiques, écriture des textes, recherche des tableaux et même initiation à la danse hip-hop. Cette semaine a permis aux jeunes de se projeter véritablement dans leur future création et d’aller questionner leur passé.

Cette recherche de leur histoire individuelle et collective constitue en effet la suite logique du projet : pour comprendre et ainsi raconter l’histoire de leurs aïeuls (qui est donc aussi la leur), leur émigration, leur arrivée en France, leur travail dans la mine, les jeunes ont souhaité aller les questionner directement. Avec l’aide d’un questionnaire et des intervenants, les jeunes iront eux-mêmes questionner leur passé.

C’est à partir de ce travail que se construira la prochaine semaine de création qui aura lieu durant les vacances d’avril et réunira quatre intervenants : Malik Berki (composition de la musique), Nawel Ben Kraiem (chant), Afid Zekhnini (danse) et la Compagnie Trous d’Mémoires (scénario et mise en scène).

 

Sur les traces de nos aînés

Week-end de démarrage du projet « héritiers des mines et des immigrations » avec les jeunes libercourtois et la Compagnie Trous d’Mémoires.

Près de 20 jeunes du bassin minier ont participé, tout au long du week-end, à un premier stage de présentation et de démarrage du projet « héritiers des mines et des immigrations ». Ce projet, qui s’inscrit sur un an et demi, vise à produire une création artistique avec des jeunes et les Compagnies Trous d’Mémoires et Mémoires Vives, mêlant les différentes disciplines des cultures urbaines.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cliquer sur l’image pour voir l’album photos de l’évènement

Dans cette première phase, la Compagnie Trous d’Mémoires a incité les jeunes présents à parler de leur histoire commune de la mine et de l’immigration. Tous, par leur histoire familiale et la trajectoire de leurs aïeuls, sont en effet les héritiers directs de cette histoire.

Les jeunes ont ainsi commencé à rechercher des documents historiques sur lesquels se baser pour démarrer cette création (livres, photos de familles, documentaires, etc.). Les intervenants de la Compagnie Mémoires Vives ont également animé des ateliers d’écriture et les jeunes ont ainsi pu commencer à rédiger des textes. Certains ont raconté les conditions d’arrivée de leurs aïeuls, d’autres ont rédigé une lettre à un grand-père, d’autres encore ont raconté les conditions de travail au fond de la mine.

Les prochains stages de création auront lieu durant les vacances de février et d’avril. Les jeunes seront accompagnés par de nouveaux intervenants dans d’autres disciplines : musique, chant et danse. Un projet qui démarre fort que les jeunes sont fiers d’écrire.

Ch’faid fête le nouvel an berbère (Yennayer) 2966

Ch’faid fête le nouvel an berbère (Yennayer) 2966

1135189767_B977666230Z.1_20160125180302_000_G16625TDE.1-0

Cliquer sur l’image pour voir l’album photos de l’évènement

Entre monde de la mine et culture berbère, Ch’faid a célébré le Yennayer 2966 (nouvel an berbère)

Près de 150 personnes se sont réunies ce samedi 23 janvier après-midi à la salle Meurant de Libercourt, dans une ambiance familiale et festive, à l’occasion du nouvel an berbère.

Dès 14h30, les visiteurs ont pu partager à boire et à manger sur un fond de musique berbère. Mais c’est surtout l’espace photos, animé par Objectif Photos Club Libercourtois, qui a plu à nos visiteurs. Ceux-ci pouvaient choisir des objets de la mine exposés sur une table (casques, lampes, gourdes, hache, houe, pelle, barette, etc.), prêtés pour l’occasion par l’association Onyacum, et se faire photographier avec. Une véritable fusion entre monde de la mine et culture berbère qui a séduit tout le monde et a permis à l’association Ch’faid de rappeler que dans le cadre de son travail sur la mémoire des mines et des immigrations, les photos d’époque sont un bien précieux qui permettent également d’écrire une histoire parfois oubliée.

Le spectacle « Petite Lentille » présenté ensuite par la conteuse Layla Darwiche a conquis petits et grands qui ont pu voyager à travers des contes chargés de messages d’entraide, de solidarité et de fraternité.

Pari gagné, donc, pour Ch’faid, qui a su une fois de plus allier convivialité et travail de mémoire. L’association remercie chaleureusement Onyacum et Objectif Photos Club Libercourtois qui ont permis la réussite de cet événement.

Ch’faid fête la Sainte Barbe

Ch’faid fête la Sainte Barbe

DSC_0153

Cliquer sur l’image pour voir l’album photos de l’évènement

Pour son huitième Bassin MinierTerranéen, Ch’faid rend hommage aux mineurs à l’occasion de la Sainte Barbe

Plus de 200 personnes étaient présentes à la salle Meurant de Libercourt ce samedi 28 novembre pour fêter ensemble la Sainte Barbe au son du chaâbi algérien du groupe Nouba.
La journée a commencé à 14h avec l’exposition « Bassin Minier Nord-Pas-de-Calais, patrimoine mondial », prêtée à l’occasion par le 9-9 bis. S’en est suivi un débat en présence d’anciens mineurs et leurs héritiers qui ont chacun pu évoquer ce que représentait, selon eux, la mine. Les anciens mineurs ont abordé leurs conditions de travail et de vie, mais aussi la solidarité et la fraternité qui existaient entre les mineurs, quelle que soit leur origine : « quand on était au fond, on était tous pareils, on était tous solidaires » affirme Monsieur Doré. Solidarité qui, dans un contexte de tensions du aux problématiques économiques que connaît la région depuis l’arrêt de l’industrie du charbon, semble reculer, poursuit l’ancien mineur. Les plus jeunes ont affirmé leur fierté d’appartenir à cette histoire et leur envie de préserver cette mémoire qui font sens pour eux. La soirée s’est terminée par un couscous offert par les femmes de l’association aux mineurs présents à cette occasion. Une soirée familiale, festive, et un public conquis. Bref, une nouvelle réussite pour l’association Ch’faid qui est parvenue une nouvelle fois à mélanger les cultures autour de la mémoire partagée des mines et des immigrations du bassin minier.