En 2005, suite aux révoltes des quartiers populaires, la société française s’était enlisée dans le débat sur l’identité nationale. Ceci avait eu pour conséquence la remise en question de la légitimité de la présence des Français issus de l’immigration nord africaine sur le territoire. C’est dans ce contexte que l’association Ch’faid a fait le choix d’écrire elle-même l’histoire de l’immigration dans le bassin minier. Elle montre ainsi les spécificités de chacune de ces immigrations mais aussi ses particularités afin de montrer que l’histoire des mines est liée à l’arrivée successive des immigrations pour travailler dans les mines.

Initié par la Région Nord-Pas de Calais, le dispositif « chercheurs-citoyens » vise à promouvoir des programmes de recherche reposant sur une collaboration entre laboratoires de recherche et associations.  Il permet de renforcer le dialogue entre chercheurs et citoyens et favorise l’implication de la société civile dans le monde de la recherche. Soutenue par ce programme, l’association Ch’faid a engagé un travail d’action-recherche d’une durée de trois ans sur les héritiers de la classe ouvrière des mines et des immigrations dans le Bassin Minier. Cette démarche, menée en partenariat avec des chercheurs (sociologues du cabinet PHARE pour l’Égalité et historiens), a pour particularité d’être gérée par les habitants selon une méthodologie qui prend en compte le contexte de vie des habitants du quartier. Elle donne lieu à un livre ainsi qu’à un livret qui matérialiseront cette histoire des mines et des immigrations recueillie et écrite par les habitants eux-mêmes.